Actualités

À CLERMONT-FERRAND COMME AILLEURS : NON AUX FACHOS, FERMONS LEURS LOCAUX !

le 22 juillet 2018, par NPA 63
PNG - 58.8 ko

S’organiser contre les fachos

Au printemps, alertés par la recrudescence de l’activisme d’extrême-droite et les informations concordantes quant à la probable prochaine ouverture d’un local du Bastion Social à Clermont-Ferrand, les militants d’AL et de la CGA proposaient de relancer un cadre unitaire antifasciste.

Une dizaine d’organisations dont le NPA et plusieurs individus ont immédiatement répondu à l’appel et décidé de ressusciter le LCED63 (collectif de Lutte Contre les Extrêmes Droites) qui avait existé quelques années après l’assassinat de Clément Méric.

Le Bastion Social a tout de suite été une thématique prioritaire pour le collectif renaissant. Cette organisation néo-fasciste qui tente de camoufler sa violence et son racisme derrière un vernis pseudo-social (pour plus de détails sur le Bastion Social, voir ce dossier) s’implante en effet depuis quelques mois sur Clermont-Ferrand.

Quand, fin-juin, est tombée l’annonce de l’inauguration prévue le 14 juillet de l’Oppidum, nouveau local du Bastion Social rue de la Treille à Clermont-Ferrand, les circonstances pouvaient paraître loin d’être idéales pour se mobiliser. Les délais étaient courts, la période estivale peu propice et le collectif encore balbutiant n’était pas encore rodé.

Une mobilisation réussie…

Pourtant dès la première réunion suivant cette annonce, l’optimisme de la volonté primait. Plusieurs dizaines de personnes étaient présentes, représentants d’organisations syndicales (CGT, FSU, Solidaires, Unef) politiques (AL, CGA, FI, Générations, NPA, PCF…) et associatives (Agiles, Cimade, LDH, OLF…) mais aussi des personnes non-encartées et notamment des habitants du quartier.

Une manifestation a été fixée pour le 12 juillet et aussitôt les militants se sont mis en branle. Lettres aux autorités, conférence de presse, et surtout diffusion de milliers de tracts avec un très bon accueil, surtout dans les quartiers populaires.

La manifestation a été une grande réussite. Un millier de personnes ont défilé le 12 juillet, soit la plus grande manifestation antifasciste clermontoise depuis des années et une des plus importantes en France ces derniers temps. La foule, déterminée, était hétérogène. Il y avait des jeunes et des moins jeunes, des militants de tout horizon, mais surtout beaucoup de personnes non militantes qu’on n’a pas l’habitude de voir en manifestation.

Cette réussite est encourageante. Elle prouve non seulement notre capacité à travailler ensemble de manière efficace, mais surtout l’écho considérable que nous rencontrons dans la population.

… Qui en appelle d’autres

Cette manifestation appelle surtout des suites rapides. En effet, dans le même temps, toutes nos craintes se sont confirmées. Le local fasciste n’était pas ouvert que les membres du Bastion Social multipliaient déjà les agressions, y compris armées, envoyant notamment deux personnes à l’hôpital.

De même, comme nous le savions déjà, il n’y a rien à attendre des autorités. La seule réponse de la préfecture à nos alertes a été d’interdire tout éventuel rassemblement antifasciste le 14 juillet.

Pendant l’été, le collectif LCED 63 ne désarme pas et des réunions sont prévues. Les prochaines mobilisations pour la fermeture du local fasciste seront au cœur de nos discussions mais l’activité du collectif s’ancre aussi dans le combat à long terme, contre l’extrême droite sous toutes ses formes et contre ses idées, quelque soit leur vecteur de propagation.

Pour le NPA, un des enjeux sera de politiser la mobilisation qui, pour être efficace, ne doit pas rester à un stade épidermique. Il faut notamment faire le lien entre les exactions de ces groupuscules fachos et les politiques au pouvoir qui les nourrissent ; le racisme et la xénophobie d’État qui leur ouvrent la voie, les politiques antisociales qui leurs servent de prétexte…

Anticapitalistes et antifascistes, tant qu’il le faudra !

PNG - 37.5 ko