Actualités

[Communiqué] Combattons la violence d’extrême droite à la racine

le 3 avril 2017, par NPA 63

Nous reproduisons ici le communiqué du NPA du Puy-de-Dôme.


Il y a quelques jours, des militants clermontois des jeunesses communistes ont été agressés par des membres de l’organisation d’extrême-droite Action Française.

Nous tenons en premier lieu à assurer ces militants de tout notre soutien.

Quelques jours après le renvoi aux assises des assassins fascistes de Clément Méric, juste après que des fachos ont poignardé un antifasciste marseillais à son domicile, au moment où se déroule en Picardie, le procès du gang néo-nazi White Wolf Klan (qui, comme les assassins de C. Méric sont liés à la figure solidariste Serge Ayoub), on ne peut se contenter d’analyser cette récente agression de manière isolée.

Les violences d’extrême-droite se multiplient, souvent l’œuvre de groupuscules portés par l’omniprésence médiatique et la banalisation du Front National et surtout de ses idées racistes, xénophobes, sexistes et homophobes qui sont aujourd’hui reprises par la grande majorité du champs politique.

Il y a donc un combat idéologique à mener pour ramener ces groupes fascisants dans les poubelles de l’histoire. Cependant, on ne se débarrassera pas des fachos et de leur violence récurrente par le simple débat d’idée.

Nous devons avant tout abattre les conditions objectives qui font leur lit ; paupérisation, désillusions, pertes de repères... Cela passe par la construction de mouvements de solidarité de tous les opprimés, par des luttes sociales, seules à même de mettre un coup d’arrêt à l’austérité mortifère subie par les classes populaires.

Mais cela passe également par redonner espoir au plus démunis, leur redonner confiance en leur propre force quand ils sont unis au-delà des clivages que l’extrême-droite s’efforce de créer entre les travailleurs, pour le plus grand plaisir du patronat.

Il est temps que les classes populaires reprennent le contrôle de leurs vies, arrachant le pouvoir aux patrons et aux politiciens professionnels à leur botte.

À Clermont comme ailleurs,
antifascistes tant qu’il faudra,
donc anticapitalistes et révolutionnaires !