Actualités

Dieudonné : fils spirituel de Drumont

le 7 janvier 2014, par Jean-Paul Gautier

Derrière la forme apparemment politiquement correcte d’un antisionisme qui se veut fédérateur, Dieudonné développe, en fait , un antisémitisme de plus en plus marqué et virulent (cf. les dernières attaques contre P. Cohen). La thématique antisioniste lui permet d’éviter les foudres de la justice qui, c’est bien connu « est aux mains des juifs ». Le monde tel qu’il le voit est un monde sur lequel les juifs règnent en maître sur la pensée et le discours . Un monde aux mains du « puissant lobby des youpins sionistes » (AFP 4 juin 2009) Ainsi il a accusé F Hollande lors de sa récente visite en Israël de « s’être prosterné devant ses maîtres ». Ce complot juif ( remake du Protocole des Sages de Sion ) se décline dans toutes les sphères : politiques, économiques, financières, artistiques et médiatiques. C’est ainsi qu’en 1954-1955 , quand P. Mendes - France était Président du Conseil, Aspects de la France (journal maurrassien ) titrait « gare à la dictature juive » C’est une grille de lecture selon laquelle tout non juif est victime du « totalitarisme juif » et qui fait de l’antisémitisme un système d’explication universel . Ch. Maurras écrivait dans l’Action française du 28 mars 1911 « tout paraît impossible ou affreusement difficile sans cette providence de l’antisémitisme . Si l’on n’était pas antisémite par volonté patriotique , on le deviendrait par simple sentiment d’opportunité » Il faut donc pour reprendre les termes d’U. Gohier ( La terreur juive 1905 ) se donner les moyens pratiques de parvenir à « l’anéantissement de la puissance juive en France » ou suivre J. Soury , lorsqu’il écrivait dans son ouvrage « Une campagne nationaliste » ( 1899-1901 ) que l’antisémitisme est « une réaction naturelle d’auto-défense » . Par un tour de passe-passe dont il est coutumier , Dieudonné assimile le peuple juif au sionisme ce qui lui permet donc de développer une thématique antisémite , tout en dénonçant « un chantage systématique à l’antisémitisme » , sans oublier les contacts avec le chef de fil des négationnistes : R. Faurisson . Dieudonné puise allègrement dans le vocabulaire antisémite des années 1930-1940 , présent dans des journaux comme Je suis partout de R. Brasillach et sous la plume d’auteurs comme Céline et L. Rebatet

Dieudonné se situe à la croisée de deux courants de l’antisémitisme. L’un à gauche apparu au 19 siècle avec Ch. Fourier , P-J Proudhon , A. Toussenel , A. Chirac pour qui le Juif représente l’exploiteur , le riche , le possédant. L’autre d’extrême droite avec E. Drumont , auteur de La France juive ( 1896 ) ou de Ch. Maurras, dirigeant de l’Action française . Il s’inspire également de revues , de groupuscules d’extrême droite apparus en France sous la 4 et la 5 républiques : Défense de l’Occident avec M ; Bardèche et F ; Duprat , l’hebdomadaire Rivarol , P. Sidos et l’Oeuvre française , F. Chatillon ( ex GUD ) Ch. Bouchet ( nationaliste-révolutionnaire , S. Ayoub ( ex JNR ) ou A. Soral.
P. Sidos ne reconnait pas l’existence d’Israêl , F. Duprat considérait qu’Israêl « est un oiseau de proie au Moyen Orient » , quant à B. Fleury , ancien dirigeant du GUD , il déclarait en 1999 « l’ennemi aujourd’hui en France , c’est la même chose qu’en Palestine . On est contre l’occupation sioniste avec un côté antisémite qu’il faut appliquer partout où les juifs peuvent être présents »

Quand Dieudonné affirme que la quenelle est un geste d’insoumission au système , il ne faut pas oublier que pour lui , le système est contrôlé par les Juifs.

Dieudonné est donc bel et bien un fil spirituel de Drumont.

Jean-Paul Gautier , historien , spécialiste des extrêmes droites co auteur de La galaxie Dieudonné : pour en finir avec les impostures Syllepse 2011