Actualités

Front national, hors de nos lycées, hors de nos vies !

le 8 août 2016, par NPA 63

Dans son premier bulletin d’information et de liaison des élus Front National en Région Auvergne et Rhône-Alpes, le Front National confirme ses bons résultats aux dernières élections qui lui ont permis d’obtenir 323 représentations dans les organismes extérieurs de la nouvelle région Auvergne Rhône Alpes.

La réussite dont ils sont les plus fiers, est l’obtention de deux postes de titulaires aux Conseils d’Administration des lycées Sidoine Apollinaire et Lafayette à Clermont-Ferrand.

L’an dernier déjà, dans le Gard, une longue lutte a été mené contre la présence d’élus FN au Conseil d’Administration de quatre collèges du département par le Réseau Anticapitaliste et AutoGEstionnaire 30 (dont sont membre nos camarades du NPA). Cette lutte, malheureusement ne fut pas victorieuse, à cause de la répression policière et la difficulté à amplifier la mobilisation de l’équipe enseignante et des élèves.

Au vu du programme du Front National, qui est un programme d’exclusion sociale et de haine raciste, sexiste et homophobe mais aussi de leur vision autoritaire et libérale de la casse du Service Public d’éducation, le Nouveau Parti Anticapitaliste ne peut accepter de voir ces éléments fascisants dans les instances dirigeantes d’établissements scolaires.

Le combat pour une éducation émancipatrice portant des valeurs d’égalité et de solidarité passe par la mobilisation collective la plus large et déterminée possible pour chasser ces élus FN des lycées.

Une responsabilité particulière incombe aux élèves et personnels des deux lycées concernés qui doivent refuser d’être codirigés par le Front National mais au-delà, c’est la solidarité de tous les opprimés, jeunes scolarisés, travailleurs en situation d’emploi ou non, qui doit jouer.

Le NPA ne transigera jamais sur ses valeurs antifascistes et prendra toute sa part dans les éventuelles mobilisations en ce sens à la rentrée.

C’est également la question du mode de gouvernance des établissements scolaires qui est en jeu. Les sièges réservés aux personnalités extérieures sont un cheval de Troie pour faire entrer la patronat et les élus réactionnaires à la tête de ces établissements dans le cadre de la privatisation progressive de l’éducation nationale.

Les lycées, comme les autres services publics ne doivent pas être dirigés par les patrons et l’extrême-droite mais collectivement, par les usagers et les travailleurs de ces services publics, en l’occurrence par les élèves et le personnel, enseignant ou non, sans discrimination.

Publié initialement sur le site du NPA 63.