Actualités

L’extrême-droite tente une embuscade

le 21 mai 2009

Si l’on en croit Carl Lang, ancien numéro trois du Front national, « les européennes du 7 juin marqueront le chant du cygne d’un FN en fin de cycle historique ».

Député européen FN sortant, Carl Lang, considérant le parti comme trop « marinisé » (en référence à Marine Le Pen), a quitté le FN à la fin 2008. Avec de nombreux élus régionaux et de vieux cadres lepénistes, il a créé le Parti de la France (PDF).

Jean-Claude Martinez, autre élu FN au Parlement européen en 2004, a créé, de son côté, la Maison de la vie et des libertés. Les deux ex-dirigeants frontistes ont décidé d’unir leur force à d’autres groupuscules (MNR, NDP) pour présenter des listes concurrentes à celles du FN dans trois circonscriptions (Nord-Ouest, Sud-Ouest et Centre).

En février 2009, nouveau rebondissement : Alain Soral claque bruyamment la porte du FN. Il dénonce la « “bande à Marine” – cet agglomérat de multitransfuges, de marchands du Temple et de cage aux folles – qui a tout fait pour me barrer la route »et il souligne les désaccords l’opposant au « libéral atlanto-sioniste »Jean-Michel Dubois, tête de liste du FN en Île-de-France. Soral veut démontrer sa capacité de nuisance et rejoint Dieudonné dans de « nouvelles convergences »d’extrême droite. Malgré ces dissidences, le Front national prétend reconquérir son électorat perdu en 2007. Présent dans les huit circonscriptions européennes (après de nombreuses péripéties internes), il renoue avec ses thématiques de prédilection : opposition à l’euromondialisme, rejet de l’« immigration-invasion ». Il aimerait récupérer les déçus du sarkozysme et cherche à dévoyer la colère des victimes de la crise.

Mais les dirigeants frontistes savent que l’espace électoral à la droite de l’UMP n’est pas infini et que Libertas, l’alliance libérale-conservatrice MPF-CPNT, risque de leur prendre des voix, tout comme les petites listes de droite « indépendantes », souverainistes ou ultralibérales.

En 2004, le FN, avec 9, 8% des voix, avait obtenu sept élus au Parlement européen. En 2009, les sondages les plus récents lui attribuent tout au plus 8%. Peut-on parler de « chant du cygne » ?