Actualités

L’UNEF porte plainte contre le GUD pour incitation à la haine et à la violence.

le 4 mars 2014, par UNEF
Rassemblement de soutien à l'appel du GUD-Lyon pour le retour de B. Gollnisch à l'université Lyon III en septembre 2011. On notera la présence d'Alexandre Gabriac avec une minerve, Steven Bissuel (responsable du GUD-LYON) avec un casque à la main et Yvan Benedetti à l’avant de profil. (REFLEXes)

Communiqué de l’UNEF du 28 février 2014 :

Le jeudi 27 février 2014, une caricature incitant à la violence contre les militants syndicaux de l’UNEF a été diffusée sur les réseaux sociaux par le GUD, un groupuscule d’extrême-droite.

Cette caricature fait explicitement référence à une agression dont a été victime un militant de l’UNEF par des membres du GUD (des coups portés avec un casque de moto sur la tête et l’avant bras). Elle a eu lieu le 19 février 2014 lors des élections étudiantes de l’Université Jean Moulin Lyon 3. Une plainte avait déjà été déposée au commissariat du 3ème arrondissement de Lyon pour coups et blessures ayant entrainé une incapacité totale de travail d’une durée de 6 jours.

Cette nouvelle provocation fait suite à de multiples agressions ou menaces, dont les militants syndicaux ont été victimes ces derniers mois.

Ces actes d’intimidations illustrent une recrudescence des actions de l’extrême droite dans les universités françaises. De nombreux établissements ont en effet été l’objet d’inscriptions à caractère raciste, homophobe ou antisémite comme ce fut le cas pour les universités de Poitiers, Clermont-Ferrand ou Toulouse.

L’UNEF dénonce des actes de violences et d’intimidations inacceptables.

L’UNEF a déposé plainte contre le GUD pour incitation à la haine et la violence et attend des pouvoirs publics qu’ils mettent tout en œuvre pour condamner les responsables.

L’UNEF refuse que les libertés syndicales sur les universités soient remises en cause par la violence et demande aux ministères de l’enseignement supérieur et de l’intérieur d’agir en conséquence.

Un précédent communiqué suite à l’agression du militant de l’UNEF le 19 février 2014.