Actualités

Les camelots, c’est pas de la tarte !

le 23 avril 2018, par Commission nationale antifasciste

Le Huffington post est tombé sur « l’entarteur de Coquerel » lors du rassemblement du FN contre la loi asile et immigration. « Cyriaque », étudiant à la Sorbonne et membre de l’Action française, assume son geste. Un certain Cyriaque Uvicy défendait, en octobre 2017, l’activisme de l’Action française sur Boulevard Voltaire : « l’Action française n’est certes pas un danger pour l’intégrité physique de quelque politicien que ce soit – l’attentat est une absurdité, politique et également morale ! –, mais l’Action française constitue bel et bien un danger pour la République et le système politico-médiatique qui cherche à la préserver ». Las ! Cyriaque « Qader » Uvicy aura cédé à la tentation de l’attentat pâtissier. Car Cyriaque est un homme d’action.

Mais il ne faudrait pas voir dans cette présence une quelconque collusion entre Marine Le Pen et les roycos. L’Action française s’active pour se montrer un peu partout et confirmer son dynamisme militant. De jeunes militant-e-s de l’AF étaient donc présents au rassemblement intimiste du FN. C’était surtout pour diffuser un tract, avec l’accord du DPS (le service d’ordre du FN), pour leur « week-end royaliste du 11 au 13 mai » : colloque, banquet et défilé pour Jeanne d’Arc.

PNG - 164.4 ko

L’Action française aura donc voulu punir Éric Coquerel, « collabo de l’invasion migratoire » favorisée par... « les lobbys et les George Soros ». Nous ne savons pas si le jeune Cyriaque maîtrise la lecture du « maître de Martigues », mais gageons qu’il a retenu de Maurras quelque trait antisémite...

Coquerel a commis l’irréparable faute de participer à la tentative d’occupation symbolique de la Basilique de Saint-Denis, en mars dernier, par les coordinations des sans-papiers 75 et 93, avec leurs soutiens. Le diocèse a précisé par communiqué que « durant cette manifestation, des banderoles ont été déployées mais aucune dégradation n’a été constatée » et que l’édifice a été fermé au public après l’évacuation. Mais peu importe. De LR au Parti de la France, droite extrême et extrême-droite se sont étranglées de rage en fantasmant une nouvelle profanation et en imaginant une interruption de messe. Pour les réacs xénophobes en tout genre, le seul fait que des sans-papiers utilisent la Basilique des rois de France pour donner un écho à leur mobilisation constitue en soi une profanation. Peu importe que des catholiques soutiennent les migrants et les sans-papiers.

Apparemment le jeune Cyriaque ne fréquente pas les mêmes courants de l’Église. Car c’est plutôt avec les cathos tradis et intégristes, que Cyriaque fricote, notamment lors des manifestations de SOS-tout-petit. Et depuis qu’il est entré à l’Action Française, c’est aussi pour assurer la sécurité des prières de rue anti-avortement, avec ses jeunes camarades camelots. Car Cyriaque est un homme d’action.

Il fallait donc lever l’affront de la souillure faite à la nécropole des rois de France. L’AF avait diffusé sur les réseaux la photo de Coquerel et de quatre autres militants-e-s. Son porte-parole appelait même à « protéger nos églises des invasions des clandestins et des gauchistes ». Mais l’AF s’était fait voler la primauté de la réaction par une piteuse « action » du Parti de la France, le mercredi suivant la « profanation ».

Quatre néo-nazes, empêchés par la police d’accéder au parvis, s’étaient repliés dans le square attenant pour déployer leur banderole. Leur déclaration nous apprenait que « la vermine socialo-communiste veut purement et simplement faire disparaître le peuple français au profit d’une République musulmane cosmopolite ». Rien que ça.

Pas sympas, les jeunes du PdF 93 auraient pu inviter l’AF. Un mois avant, Cyriaque tractait à leur côté dans le 5ième arrondissement parisien. La cohérence doctrinale est un peu difficile à saisir. Mais tant qu’il est question de « gross Rigolad », les gogols 88 du PdF prêtent la main à l’Action française, en Seine-Saint-Denis, à Paris comme en Essonne.

Donc, l’AF a mis un mois à réagir. Il faut dire que Cyriaque était occupé à débloquer Tolbiac. Avec une vingtaine de très jeunes casqués, Cyriaque, en bonnet, montait à l’assaut de « la Commune libre de Tolbiac ». Pour les amateurs d’action, la geste du « Comité anti-blocage » est relatée sur Youtube. Car le jeune Cyriaque est un meneur d’hommes.

Peut-être aura-t-il trouvé de l’inspiration dans la figure du Général Mladic ? Il introduisait en effet, en décembre 2017, la conférence sur le sujet au local de l’AF Paris. L’invité était « Dragan Markovic », un ancien légionnaire serbe, qui évolue entre la Dissidence française et le service d’ordre du FN, le DPS... mais c’est une autre histoire.