Actualités

Lot-et-Garonne : deux ennemis irréductibles de notre camp social

le 18 juin 2013
Adobe of Chaos/Flickr

Le comité NPA de Fumel/Villeneuve sur Lot, a conduit une campagne militante dans une élection à l’américaine ponctuée par les meetings, les réunions publiques et les déclarations fracassantes des principaux leaders nationaux des partis en présence. Ainsi, nous avons vu défiler sur les places de nos marchés Coppé, Bertrand, Marine et Marion Le Pen, Harlem Désir, Vals, Le Foll, Mamère, Piquet, Myriam Martin, Marie Pierre Vieu…

Pour notre part, nous avons eu le soutien de Philippe Poutou. Avec lui nous sommes allés aux portes des entreprises et avons tenu une réunion publique.

Le score obtenu par le NPA 1, 2%, même si il est supérieur à celui des précédentes législatives, traduit un état des lieux désastreux. En dépit de la médiatisation accrue, 55% des inscrits ne sont pas allés voter, et le deuxième tour verra l’opposition de l’UMP avec J.L Costes et du FN avec Bousquet Cassagne. Il ne s’agit pas d’une progression électorale de ces partis puisque respectivement l’UMP récolte 12, 55% des inscrits et le FN 11, 38%.

Le PS, exclu du deuxième tour, prétend que cette défaite est le résultat de la division de la gauche. Quelle entourloupe ! Le PS oublie dans cette analyse les démêlés juridiques et financiers de J. Cahuzac, le ministre de la rigueur, et la politique anti-ouvrière du gouvernement. Allant même jusqu’à présenter Barral, un patron à la retraite qui durant sa campagne n’a eu de cesse de saluer la politique du gouvernement et de se revendiquer de J. Cahuzac.

Tout ceci dans un contexte social marqué par une augmentation des licenciements et du chômage. Bon nombre d’entreprises de la circonscription sont en difficulté et pratiquent déjà le chômage partiel. La circonscription est marquée par la dégradation violente des conditions de vie et la paupérisation de la population.

Le Front de gauche a mené une campagne sectaire, prétendant représenter seul une alternative au gouvernement. Malgré des moyens surdimensionnés, les 5, 08% obtenus ne l’autorisent plus à prétendre incarner cette perspective.

Le NPA considère que la seule ligne viable aujourd’hui c’est de reconstruire une véritable unité de tous les travailleurs et de toutes les organisations qui souhaitent en découdre avec l’austérité et la politique du gouvernement. Nous ne devons plus laisser croire qu’une autre solution que la lutte quotidienne pourrait être porteuse de succès. L’urgence est à la constitution d’une opposition de gauche offensive à ce gouvernement. Nous devons reconstruire la force de notre camp social en mesurant la gravité des affrontements à venir.

Développons les luttes, même partielles, remettons à l’ordre du jour la question de la grève contre toutes les politiques d’austérité et reconstruisons la solidarité de classe et internationale ainsi que l’unité du mouvement ouvrier.

Dans cette situation le NPA ne choisira pas entre le populisme sécuritaire de Costes appuyé par l’UNI et l’ambition fascisante de Bousquet Cassagne le fils à papa millionnaire. Ces deux individus sont des ennemis irréductibles de notre camp social.

Nous remercions ceux et celles qui ont voté pour les candidates du NPA et nous les encourageons à continuer la lutte et à se rapprocher de nous afin de la mener ensemble.