Actualités

Mantes-la-Ville : Après le choc, la colère !

le 14 avril 2014

Au milieu de l’hécatombe électorale sanctionnant le PS dans les Yvelines (Poissy, Conflans, Rosny, Meulan...), entraînant Achères, historiquement PCF, le choc est à Mantes-la-Ville : seule ville d’Île-de-France avec un maire FN.

Il a été élu dans une quadrangulaire avec 30 % des voix exprimées (2 000 sur 12 000 électeurs, soit 16,8 % des inscrits, les 3 autres candidats recueillant entre 15,8 % et 16,8 % des inscrits)... On se rappelle l’agression physique de Le Pen père en 1997 contre l’ancienne députée-maire Annette Peulvast-Bergeal, ce qui lui a valu deux ans d’inéligibilité. 61 voix ont manqué à la maire PS, Monique Brochot, ralliée par le Front de gauche au second tour, Annette Peulvast se maintenant. Voilà le prix de la lutte des égos, sur fond de dégoût et de colère contre Hollande.

Vigilance

Il faut maintenant faire face à ce jeune loup du FN, n’habitant pas la ville et inconnu de la population, dont le programme local consiste essentiellement à contrer le projet de mosquée. À l’appel de l’UL CGT et de Solidaires 78, rejoints par le PCF, le MJC, AL et le NPA, 500 personnes se sont rassemblées sous les fenêtres du premier conseil municipal le vendredi 4 avril, sous très forte surveillance policière.

Des prises de parole, dont celle de notre nouvelle élue NPA aux Mureaux, ont rappelé le danger que constitue le FN, qui apparaît clairement quand il gère une ville. À noter que les élus d’opposition de « gauche » se sont abstenus sur l’élection du maire au lieu de voter contre !

Les sifflets et les huées ont duré pendant tout le conseil. « Pas de fachos dans les quartiers, pas de quartier pour les fachos ! » « 1re , 2e , 3e génération, nous sommes tous des enfants d’immigrés ! » « Les politiques antisociales font le lit du Front national ! » ont été scandés. Ambiance chaude et combative. Jeunes, habitantEs des quartiers populaires et militantEs du mouvement social sont partants pour la mise en place d’un comité de vigilance. Nous serons de ce combat.

CorrespondantEs NPA Val de Seine