Actualités

Procès “croisière nazie” contre antifascistes

le 7 avril 2018, par Patrick B.

Ce mardi 27 mars se tenait à Nice le procès du réalisateur Yannis Youlountas et son ami Jean-Jacques Rue, chroniqueur satirique à Siné Mensuel.

Tous deux étaient poursuivis par 3 responsables identitaires de l’opération « Defend Europe », pour « diffamation » et « injures publiques » pour Yannis Youlountas et « provocation publique à la commission d’atteintes volontaires à la vie d’un personne » pour Jean-Jacques Rue.

A l’appel de SOMICO 06 (Solidarité Migrants – Collectif 06) et de nombreuses associations anti racistes et antifascistes, plus d’une centaine de militants étaient venus leur apporter leur soutien.

Rappel des faits : Pendant l’été 2017, des identitaires français, allemands et italiens avaient affrété un navire le C-Star, pour entraver le travail de sauvetage en mer des migrants par les ONG humanitaires, l’objectif étant d’intervenir au large de la Lybie pour reconduire les migrants en Afrique.

Cette expédition qui suscita la mobilisation de militants antiracistes sur tout le pourtour méditerranéen se termina en débâcle : première alerte en Égypte, blocage du bateau à Chypre, abandon du projet d’escale en Crète, manifestations en Sicile, nouvel abandon en Tunisie, panne au large de la Libye et, enfin capitulation au large de Malte suivie de la fuite des chefs identitaires européens.

Quelques mois après cet échec total, Defend Europe contre-attaque en justice pour se venger des commentaires tenus sur Facebook par Yannis et Jean-Jacques, principalement pour l’utilisation du mot « nazi » dans plusieurs communiqués tels que « Les nazillons toujours coincés sur le bateau », « La croisière nazie s’amuse », « Un navire d’aide aux migrants envoyé au secours des nazillons en panne », ou encore « Décidément, le bateau nazi au pavillon mongol nous fait beaucoup rire ».

Les identitaires plaignants absents au procès (Robert Timm, Clément Gandelin et Lorenzo Fiato) étaient représentés par Me Pierre-Vincent Lambert qui a fait un réquisitoire contre les frontières passoires, l’immigration de masse et l’islamisation de l’Europe, tout en tentant de nier toute accointance de se clients avec le national-socialisme.

Me Dominique Tricaud, pour la défense, considère que « Nous sommes dans quelque chose de l’ordre de la vengeance, car Yannis Youlountas a eu une responsabilité dans la mobilisation citoyenne qui a conduit le C-Star à se faire rejeter avant qu’il ne finisse en radeau », puis il s’est attaché à démasquer la nature de Génération Identitaire et la menace que représente cette organisation pour la démocratie. Il a rappelé que « Les identitaires sont des néo-nazis » et que le C-Star n’avait pu prendre la mer que grâce a des dons d’un ancien leader du Ku Klux Klan et d’une autre figure de l’extrême droite américaine. Il rappela que le C-Star naviguait avec des néo-nazis notoires à son bord et a plaidé la relaxe pour Yannis Youlountas et Jean-Jacques Rue.

Le délibéré sera rendu le 24 mai à13h30.