Actualités

Racisme : déferlement islamophobe

le 17 janvier 2015, par Julien Salingue

Article publié dans l’hebdo l’Anticapitaliste n°272

Depuis l’attaque contre Charlie Hebdo, la France est le théâtre d’un véritable déferlement islamophobe : culpabilisation, amalgames, violences. Mais le moins que l’on puisse dire est que le terrain avait largement été préparé.

Une islamophobie déjà bien présente

On en aurait presque oublié, en effet, que le 7 janvier au matin, quelques heures avant l’attaque perpétrée contre Charlie Hebdo, l’« invité spécial » de la matinale de France Inter était Michel Houellebecq, auteur d’un « roman d’anticipation » dans lequel un parti musulman arrive au pouvoir en France en 2022 : renvoi des femmes à la maison, polygamie, fuite de la petite amie du narrateur, juive, en Israël, pour éviter les persécutions, etc. Aucun cliché ne manque pour décrire une société française « islamisée » et victime du « grand remplacement » fantasmé par une certaine extrême droite et l’idéologue Renaud Camus.
On en aurait presque oublié que quelques semaines plus tôt, ce n’était pas le livre de Houellebecq qui faisait la « une » des journaux et des émissions de télévision et de radio, mais celui d’un autre triste sire, Éric Zemmour, qui a fait depuis bien longtemps de l’islamophobie l’une de ses principales marques de fabrique, et de « l’islamisation de la France » l’un de ses principaux chevaux de bataille.
Zemmour a le droit de penser ce qu’il veut, et Houellebecq a le droit d’écrire des romans paranoïaques et stigmatisants. Le problème est l’écho et le traitement médiatiques de leurs ouvrages, en d’autres termes la normalisation, la banalisation d’idées, qui, bien que directement inspirées par l’extrême droite islamophobe, accèdent au statut de débat de société légitime. Le tout dans une France gangrenée par l’islamophobie en actes, avec, selon le rapport annuel du Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF), 691 actes islamophobes en 2013 (discriminations, attaques contre des lieux de culte, agressions contre des personnes, etc.), soit une augmentation de 47 % par rapport à l’année 2012.

Musulmans, donc un peu coupables...

L’attaque contre Charlie Hebdo n’a donc pas contribué à réveiller une islamophobie en sommeil : elle a amplifié un phénomène déjà largement à l’œuvre, qui touche toutes les sphères de la société. Quelques heures après l’attaque, une désagréable musique politico-médiatique s’est fait entendre : les assassins se revendiquant de l’islam, les musulmans devaient les condamner et s’en « désolidariser », individuellement et collectivement. Or, cette injonction à la désolidarisation est non seulement scandaleuse, mais elle est aussi particulièrement perverse : scandaleuse car elle amalgame, de facto, des millions de croyantEs à quelques assassins ; perverse car elle jette une suspicion collective sur ces millions de croyantEs et sous-entend que ceux qui ne se désolidariseraient pas... seraient solidaires.
Les exemples de ces injonctions à la désolidarisation sont multiples, mais le plus exemplaire d’entre eux est probablement celui d’Ivan Rioufol, éditorialiste au Figaro qui sur l’antenne de RTL, le lendemain de l’attaque, a exigé de la militante et auteure Rokhaya Diallo qu’elle affirme haut et fort qu’elle se désolidarisait des assassins de Charlie Hebdo. A-t-on jamais demandé aux protestants de se « désolidariser » du Ku Klux Klan et de son suprématisme blanc théorisé autour d’une certaine lecture de la Genèse ? Lors de la tuerie perpétrée en Norvège le 22 juillet 2011 par Anders Breivik, qui affirmait agir pour préserver la chrétienté face au multiculturalisme, a-t-on demandé des comptes aux prêtres et aux croyantEs ? Évidemment, et heureusement, non. Mais les musulmans, dans la France de 2015, sont forcément « un peu » coupables.

Multiplication des passages à l’acte

Nulle surprise, dès lors, à ce que dans un tel contexte et avec de tels amalgames, les passages à l’acte se soient multipliés. Cinq jours après l’attaque contre Charlie Hebdo, on dénombrait une soixantaine d’actes islamophobes : coups de feu sur une salle de prière à Port-la-Nouvelle, sur des mosquées à Saint-Juéry, Vendôme, Soisson ; tirs de grenades d’exercice sur une mosquée au Mans ; mosquées taguées à Poitiers (« mort aux arabes »), Bischwiller (« Ich bin Charlie »), Bayonne (« charliberté », « assassins », « sales arabes »), Louviers (croix gammées) ; tête de sanglier et viscères accrochés à la porte d’une salle de prière à Corte ; et de multiples agressions verbales et physiques, pour l’instant impossibles à recenser.
C’est le moment qu’a choisi Nicolas Sarkozy pour publier, sur son compte Twitter le 12 janvier, ce singulier appel au calme : « les questions de l’immigration et de l’islam sont clairement posées. Elles doivent être posées calmement et en associant tout le monde »... Et les réponses gênées des responsables socialistes questionnés sur cette déclaration ont de quoi inquiéter.
Autant dire que la lutte contre les amalgames racistes et islamophobes et les violences qui les accompagnent ne fait que commencer.

Julien Salingue