Actualités

Ring : L’éditeur au cœur de l’extrême droite

le 17 février 2017, par Pierre Dassin
Laurent Obertone, invité par Robert Ménard à Béziers

Le 19 novembre dernier l’éditeur Ring se faisait taguer sa devanture. « Racistes », « sexistes » pouvait-on lire. [1]
En janvier, c’était au tour de 3 auteurs de cette maison d’éditions de se faire « enfariner » par des antifascistes lors d’une séance de signature dans une librairie lilloise [2].
Enfin, Ring annonçait l’annulation de la venue du dessinateur Marsault dans une librairie Angoumoise pendant le festival de la bande dessinée à cause d’antifascistes « pouilleux ». [3]

On l’a vu avec Dieudonné, quand elle souhaite avancer masquée, l’univers culturel est un terrain idéal pour l’extrême-droite. C’est bien sûr la garantie pour elle de toucher des gens qui ne feraient jamais la démarche de se rendre à un meeting ou de lire un programme politique. Mais ça lui permet aussi de revendiquer une « indépendance » (parfois de façade) vis-à-vis des organisations et des politiciens d’extrême-droite, de justifier son discours réactionnaire par la liberté artistique, par la distanciation entre l’auteur et son œuvre ou son personnage, par « l’humour », etc.

Pour autant, et malgré tous les démentis de son patron David Serra, tout un ensemble d’éléments nous permettent aujourd’hui de penser que Ring est bien un des acteurs de l’extrême droite culturelle. Petit tour d’horizon :

Laurent Obertone : C’est l’auteur phare de la maison d’édition notamment pour La France Orange mécanique, une instrumentalisation de faits divers violents qui alimente deux idées fondamentales de l’extrême droite : L’insécurité augmenterait à cause de l’immigration et l’État ferait preuve de « laxisme » face à la violence. Le livre est une véritable référence au FN, il a été promu par Marine Le Pen, Marion Maréchal Le Pen, Robert Ménard [4], Eric Zemmour…
L’ouvrage est préfacé par Xavier Raufer, ancien militant d’Occident [5] et d’Ordre nouveau qui n’a guère renié ses engagements de jeunesse puisqu’il est intervenu aux "Estivales" du FN en 2016 [6].

JPEG - 67.2 ko

Marine Le Pen en VRP des éditions Ring sur la chaine Youtube du FN

Geoffroy Lejeune : Directeur de la rédaction du très à droite Valeurs Actuelles, Ring a publié une élection ordinaire qui imagine la campagne et la victoire d’Eric Zemmour à l’élection présidentielle. Lejeune explique dans une interview au Figaro qu’il a choisi son « personnage » car «  il incarne aujourd’hui, sur le plan des idées, ce qu’attend la France d’en bas qui souffre […] un retour de la fierté française, des valeurs, des racines, de l’Histoire, de l’identité ».

Alexandre Mendel : Auteur de La France jihadiste, il prône les solutions « radicales » typiques de l’extrême droite sans avoir « peur d’être condamné par la Cour européenne des droits de l’homme » [7]. Le livre est préfacé par l’avocat Thibault de Montbrial, un autre personnage obnubilé par l’islam et les « islamogauchistes » [8] et membre de « l’institut pour la justice » une association militant pour une justice plus répressive dont le Syndicat de la Magistrature dénonce les « thèses simplistes [...] manifestement inspirées par le discours de l’extrême-droite » [9]

Philippe Verdier : Auteur de Climat investigation. Si le livre n’est pas à proprement parler climato-sceptique (bien qu’il leur ait beaucoup plus), le dérèglement climatique serait pour son auteur… Une chance [10] ! Il est par ailleurs clairement conspirationniste [11]. C’est donc en toute logique que lors de la COP21 à Paris en 2015, Philippe Verdier a joué le chroniqueur pour le compte de la chaîne de télévision pro-Poutine Russia Today.

PNG - 884.9 ko

Philippe Verdier, "Monsieur Météo" de Vladimir Poutine

Marsault : Comme le détaille l’article de Mémorial98 les prises de position comme la production le situent très clairement à l’extrême droite, bien qu’il s’en défende. Pour s’en convaincre, il suffit de rappeler qu’il a salué la victoire de Trump comme « la victoire des pauvres, des usineux, des chômeurs, des crève-la-dalle » via le compte facebook officiel des éditions Ring [12].
La campagne de harcèlement qu’il a lancée et encouragée contre une militante féministe l’été dernier n’a été dénoncée par personne au sein des éditions Ring et sûrement pas David Serra.
Plus récemment, et toujours via le compte facebook de Ring, il a appelé, en pleine « affaire Théo » la police à tirer sur les manifestants [13].

Ghislain Gilberti : Cet auteur de polar Belfortain à la particularité de se revendiquer « antifa », titre qu’il n’hésite pas à user pour défendre son éditeur. Celà ne l’empêche pourtant pas de participer à des séances de signatures avec Laurent Obertone. En fait d’activité antifasciste, on ne trouve sur sa page facebook qu’une dénonciation des « fachos en djellaba » qui l’ont agressé en criant « sale blanc » [14]. Les camarades du NPA de Belfort qui sont pourtant de toutes les mobilisations antiracistes localement n’ont quant à eux jamais entendu parler de lui ni ne l’ont croisé dans une manifestation...

• Le site d’extrême droite Breizh info, semble avoir des relations particulièrement étroites avec les éditions Ring. En plus des critiques de ses livres, pour chaque nouveauté de l’éditeur, les auteurs donnent une interview à Yann Vallerie, rédacteur en chef du site et ancien candidat des Identitaires. C’est le cas de Laurent Obertone, Marsault, Jean-Louis Bachelet, Anne Sophie Martin, Stéphane Bourgoin ou Daniel Cerdan.

JPEG - 19.7 ko

Conférence de Obertone accompagné de Claude Bily de Breizh info à la tribune

• Enfin, il est intéressant de regarder le compte twitter des éditions Ring, et notamment la liste de ses abonnements. Si un abonnement isolé ne vaut pas une adhésion, la liste complète de ceux-ci est révélatrice. En dehors des comptes Twitter liés au monde médiatique ou littéraire, Ring est abonné à des dizaines de comptes soutenant ouvertement le FN. Et parmi les « figures politiques » suivies par le compte de Ring, on retrouve Fabrice Robert (Les Identitaires) Eugénie Bastié (Manif pour tous), Martial Bild (TV liberté, ex-FN), Damien Rieu (FN, ex-Identitaires), Marion Le Pen et Kelly Betesh (FN) ou encore des conseillers municipaux ou élus locaux du Front : Gaétan Marzo, Nicolas Meizonnet, Isabelle Gilbert, Alexandre Durudeau, Bertrand Iragne, Olivier Rolland, Alain Barnier…
Si on trouve aussi dans la listes des abonnements des fillonistes, on n’y trouve par contre aucune personnalité de gauche de quelque tendance que ce soit. Étonnant de la part d’un David Serra qui affirme « Je me fiche de la politique » [15].

Mais finalement, peu importe que David Serra jure n’être « absolument pas » d’extrême droite ou qu’il jure qu’il « vote François Fillon » (comme si c’était incompatible), même si on peine à le croire, peut-être n’est-il uniquement guidé que par l’opportunisme commercial ?
Il n’en reste pas moins que sa maison constitue aujourd’hui une référence et un canal important de diffusion d’idées pour l’extrême droite. À ce titre, il n’y a aucune raison qu’elle ne soit pas dénoncée pour ce qu’elle est par les antifascistes.

[1Photo visible ici

[3Communiqué fleuri d’insultes homophobes (il est par ailleurs ironique d’user de la métaphore éculée de la sodomie quand on affiche des prétentions littéraires

[4Dont Obertone a été l’invité à Béziers, voir la photo de bannière de l’article

[5Raufer en Une d’une publication d’Occident

[6Sa conférence est visible sur Youtube

[7Dans son interview pour Russia Today

[8Un tweet parmi d’autres sur l’ « islamogauchiste » Benoit Hamon

[9Source

[10«  Notre économie et notre société bénéficient déjà des avantages considérables du réchauffement. » (source)

[11« Nous sommes otages d’un scandale planétaire sur le réchauffement climatique. Une machine de guerre destinée à nous maintenir dans la peur, déclare-t-il. À la base, il y a les scientifiques manipulés, politisés ; des conflits d’intérêt, de la corruption, des scandales sexuels… Puis des politiques qui ne servent que leur image et leur soif de pouvoir. » (source)

[12Source

[14Source
Même un journal comme l’Est Républicain est dubitatif sur cette version des faits

[15Source