Actualités

Tour de France de l’extrême-droite : la Savoie (MàJ 06/02/14)

le 25 janvier 2014, par Léo Kneller

Mise à jour du 06/02/14 :
Précédemment nous avions avancé le fait que David Berton (secrétaire départemental du FNJ Savoie) était un petit malin et qu’il n’avait pas posté de photo de lui effectuant la quenelle de Dieudonné. Mea Culpa, David n’est finalement pas si malin que ça...

La fine équipe du FN Savoie autour de JMLP, de gauche à droite : David Berton (secrétaire départemental du FNJ), Véronique-Jeanne Drapeau (candidate aux municipales à Aix les Bains) et Joëlle Regairaz (secrétaire départementale du FN, élue régionale et candidate aux municipales à Chambéry)

La Savoie, vieille terre catholique, est un département que l’on peut qualifier de « modéré », avec une gauche plutôt à droite et une droite plutôt à gauche. De ce point de vue, il s’agit d’un département où le FN est relativement faible, sauf dans une ville comme Aix-les-Bains, qui est sociologiquement proche de la Haute-Savoie, quatrième département le plus riche de France et historiquement plus à droite.

L’objectif fixé début décembre par les responsables du FN savoyard lors d’une conférence de presse était de constituer au moins 5 listes dans le département, les communes visées étant Chambéry, Le Pont-de-Beauvoisin, Saint-Jean-de-Maurienne, Albertville et Aix-les-Bains. Cela parait difficilement réalisable. En effet le parti d’extrême droite peine à trouver des noms pour compléter ses listes. Néanmoins la campagne à Aix-les-Bains est lancée depuis plusieurs mois et c’est celle qui a le plus de chance d’aboutir.

Véronique-Jeanne porte drapeau du FN à Aix les Bains

On peut dire que la candidate du FN porte bien son nom ! Véronique-Jeanne Drapeau, infirmière de 54 ans et originaire de Nantes, sera la candidate du RBM (Rassemblement Bleu Marine) à Aix les Bains. Fidèle au parti depuis 2002, elle y va également de ses petites phrases, comme ce lundi 23 septembre 2013, lors d’une interview au Dauphiné Libéré : « des mobil-homes feraient l’affaire pour accueillir la main d’oeuvre étrangère » dans la cité thermale. Un de ses principaux axes de campagne sera en effet : la priorité nationale. « Priorité aux français », que ce soit dans l’attribution de logements ou de places en crèche. Elle va plus loin en voulant réserver les subventions municipales aux associations « patriotiques et méritantes » et rajoute : « a-t-on vraiment besoin de donner de l’argent a des associations qui vont financer des ponts à Madagascar ? » [1]. On peut en être sûr, le loto de l’association « Les ptiouts savoyards » à de longs jours devant lui, mais nous n’en diront pas autant de la MJC ou de la bibliothèque municipale, qui on le sait sont des cibles privilégiées du FN dans les communes où ils ont été au pouvoir (cf. documentaire « Mains Brunes sur la ville » [2]). Une fois l’argent des associations non « patriotes et méritantes » récupéré, il sera donc facile de financer le deuxième axe de campagne d’Aix-les-Bains Bleu Marine, la sécurité. Après avoir fustigé le coût et l’inefficacité des caméras de video-surveillances [3] installées par l’actuel maire (Dominique Dord, ancien trésorier de l’UMP), la candidate revient en arrière en proposant d’augmenter leur nombre ainsi que d’armer et renforcer les effectifs de policiers municipaux de la ville. Mais comme elle l’avoue « il faut ratisser large » [4], et on le sait, le FN s’adapte en fonction des opportunités qui se présente à lui. La population savoyarde étant attachée aux questions environnementales, il fallait également proposer quelques mesures écolo… On retiendra le souhait sans concession de la candidate, de prolonger la politique actuelle de fleurissement qui « contribue à l’image de marque et à la renommée de la ville » [5].
Pour le reste de la liste, mystère et boule de gomme. On sait que le second de la liste sera issu du SIEL (Souveraineté Indépendance Et Libertés, mouvement dirigé par Paul-Marie Coûteaux, conseiller de Marine Le Pen). Quand à David Berton, responsable départemental du FNJ (Front National Jeunesse), il sera bien sur la liste, mais un peu trop agité au goût de Véronique Drapeau, il a été prié de retourner faire mumuse au bac à sable et a été soulagé de son poste de directeur de campagne dont il s’était lui même affublé [6]. D. Berton avait déjà fait parler de lui en s’invitant à un meeting du NPA à Chambéry. Prié gentiment de sortir de la salle, il s’était ensuite fendu d’un communiqué, critiquant une attitude antidémocratique du NPA. On a le sens de l’humour mais il y a des limites… D’ailleurs on remarquera que D. Berton a également un sens de l’humour dont les limites sont toutes autres. En effet il n’est pas rare de voir apparaitre sur le mur du jeune David des vidéos ou des « posts » de soutien à Dieudonné. Tantôt décrié, tantôt salué par les cadres du parti, les pauvres militants FN ne savent toujours pas à quelle sauce manger ces quenelles, mais David est un petit malin et s’est bien gardé de publier une photo de lui effectuant le geste.

JPEG - 181.3 ko

Capture d’écran du mur Facebook de D. Berton, image de soutien à la "quenelle" de Dieudonné (vous remarquerez le petit bonhomme moustachu en bas à droite de l’image...)

David n’est finalement pas si malin... (MàJ du 06/02/14)

PNG - 1.3 Mo

David Berton et Brice Bernard (secrétaire du FNJ Chambéry) effectuant la quenelle.

Les autres candidatures F-Haine en Savoie

Dans les autres villes le FN est pour le moment au point mort. A Chambéry, c’est l’incontournable Joëlle Regairaz, élue au conseil régional, candidate à toutes les élections locales depuis 1991, qui tente de finaliser sa liste pour la soumettre aux suffrages. Aux dernières municipales chambériennes, le FN n’avait pas réussi à se présenter par manque de candidats, mais il faut rappeler que de 1995 à 2001 des élus frontistes avaient siégé au conseil municipal. Depuis sa catastrophique conférence de presse en décembre dernier [7], Joëlle Regairaz ne s’est plus exprimée publiquement. Comme dit le dicton « pas de nouvelles, bonnes nouvelles ». Il faut dire que le FN en Savoie ne s’est jamais vraiment remis de la scission du MNR (Mouvement National Républicain de Bruno Mégret) et de la mort de leur leader historique, Jacques Vassieux. Aujourd’hui hors période électorale leur activité militante est égale à zéro.

Dans les autres communes visées, le FN n’a pour le moment communiqué que le nom de deux têtes de liste : Rémi Martin, pour le Pont-de-Beauvoisin et Guy-Jean Wio pour Saint-Jean-de-Maurienne. Ce dernier a par ailleurs annoncé [8] qu’il ne souhaitait pas se présenter en tant que FN, pour réunir largement à droite aux municipales et qu’il ne recevra aucun soutien financier ou logistique de la maison mère. Mais on ne s’y trompera pas il s’agit bien d’un candidat frontiste. Pour ce qui est d’Albertville rien n’a été annoncé à l’heure où nous bouclons.

Les Jeunesses Nationalistes se mettent à la botanique

Dissoutes cet été par une circulaire de Valls, les Jeunesses Nationalistes d’Alexandre Gabriac n’ont bien sûr pas disparu pour autant. En Savoie, ils s’appellent désormais « Edelweiss ».

On imagine très bien la réunion où la décision de se renommer ainsi a été prise :
« Il faut qu’on se trouve un nouveau nom les gars !
- Moi j’ai une idée on pourrait s’appeler « Division panzer 73 » !
- Non il faudrait un truc moins connoté, un truc qui fasse penser à la montagne par exemple, genre Genepi...
- Oui mais ça fait alcoolique et en même temps c’est vrai que...
- Moi je sais, vous allez dire que je suis pédé, mais il y a une fleur qui pousse que dans les montagnes : l’edelweiss ! »
L’alcool et la fatigue de leur dernière ratonnade aidant les 10 comparses en restèrent là.

L’activité des nazillons reste limitée : quelques autocollants collés sur un panneau stop, des affiches contre leur dissolution placardées sous des ponts, une après-midi boxe au stade Mager, quelques litres de bières descendus dans un sombre troquet de la ville et quand le coeur y est une bagarre en boite de nuit ou une agression de militant de gauche. Bien que peu nombreux et peu actifs (dans la vrai vie, car sur Facebook ça n’arrête pas), ils réussissent à faire parler d’eux. En septembre, la ville est « secouée » par une affaire : des élèves du lycée Monge font une « quenelle » sur leur photo de classe. Cela leur vaut un article dans le Dauphiné [9] et un sermon de leur proviseur. Car oui les jeunes nationalistes arrivent à rigoler des blagues de Dieudonné, bien que sa couleur de peau les gêne un peu, car l’antisémitisme demeure au-dessus de tout pour ces enfants de Pétain.

PNG - 2 Mo

A gauche : capture du mur Facebook de B. C. (à gauche sur la photo) / A droite : le même B. effectuant une quenelle.

Mais ce qui ne les fait pas rire, c’est le mariage pour tous. Ils s’invitent donc avec femmes et enfants (d’habitude ils restent à la maison mais là, vu que ça concerne la famille...), au premier mariage gay chambérien pour exprimer leur désapprobation. Ils décident également de mettre à profit leur masse musculaire pour protéger les culs-bénis de la « Manif Pour Tous » qui se réunissent à la bougie tous les premiers mardi du mois, sur les marches du Château des Ducs de Savoie (actuelle préfecture), contre « l’infâme Taubira et son projet de loi sodomite ».

On le sait, depuis l’affaire de la crampe au bras de Gabriac, les militants FN on plutôt intérêt à ne pas fricoter avec ce genre de personnes. Pourtant, mission a été confiée à D. Berton de recruter dans la jeunesse [10] et il est difficile de laisser de côté un tel vivier de jeunes plein d’envies. Par ailleurs, il les avait déjà invités au diner organisé pour la venue de Jean Marie [11], mais pas question d’être sur la photo de famille alors que Marine fait le grand ménage. Tout en discrétion, David fait un vrai travail de fond pour que les moutons ne s’éloignent pas trop et garde contact sur Facebook, par exemple en « likant » la photo de ses amis sur un pont en train d’exposer leur dernière banderole. Nous sommes curieux de savoir si l’on retrouvera ces braves nationalistes sur les listes FN aux prochaines municipales.

PNG - 1.1 Mo

Photos prises lors de la rencontre avec JMLP le 24 février dernier à Challes-les-Eaux. A gauche : le FNJ-Savoie aux côtés de JMLP (D. Berton est à droite avec la cravate) / A droite : deux militants d’Edelweiss dont B. C. à droite.

Capture d’écran du Facebook d’Edelweiss, on remarquera que D. Berton aime cette action tout comme Steven Bissuel (ancien leader du GUD-Lyon) et plein d’autres…

Il faut le dire, le FN savoyard a toujours eu des problèmes avec ses responsables jeunes. L’un des prédécesseurs de D. Berton, Michaël Guerin, avait fui le navire frontiste aux côtés de Soral (né à Aix les Bains) pour se présenter sur la « liste antisioniste » conduite par Dieudonné aux européennes de 2009. Gabriac était quant à lui responsable rhônalpin du FNJ au moment de son exclusion.

PNG - 1.1 Mo

A gauche : départ du FNJ-Savoie pour le 1er mai 2008 du FN (au centre Michaël Guerin) / A droite : Michaël Guerin à la conférence de presse de la « liste antisioniste » en mai 2009.

Eh oui, la Savoie est avant tout une terre « gollnischienne » et difficile pour les militants FN de perdre contact avec ceux qui seraient sûrement leurs camarades à l’heure qu’il est si Gollnisch avait été investi à la tête du Front.

Face à la vermine, il faut riposter

Face à toute cette vermine, le mouvement antifasciste et antiraciste savoyard est malheureusement aujourd’hui au point mort. Le Collectif Savoyard contre le Racisme et la Haine composé de syndicats, d’associations et de partis de gauche savoyards n’a que très peu d’activité. On notera toutefois sa mobilisation suite à l’assassinat de notre camarade Clément Méric en juin dernier. Un rassemblement a également eu lieu, pour la deuxième fois, cette année pour demander à la ville d’Aix-les-Bains de débaptiser le square Marcel Bigeard à l’occasion de la Journée Internationale contre la torture [12], malheureusement on peut regretter une mobilisation trop faible. Lors des dernières vacances de la Toussaint, la Fédération Anarchiste de Chambéry a organisé avec succès un concert anti-fasciste qui a réuni 300 personnes. On peut toutefois regretter que la FA n’ait pas souhaité que d’autres orgas participent à la mise en place de cette initiative. Aujourd’hui, le temps est au rassemblement pour recréer un mouvement antifasciste large, sans à priori sur l’antifascisme de chacun.

En Savoie comme ailleurs, NO PASARAN !

[1L’Essor Savoyard, « Les chances du Front National de percer lors des élections municipales », 21/11/2013

[2Mains brunes sur la ville, documentaire réalisé en 2012 par Bernard Richard et Jean-Baptiste Malet.

[4Le Dauphiné Libéré, « Le FN marque son territoire », 02/12/2013

[5L’Hebdo des Savoie, « Véronique Drapeau, si j’étais maire », 19/09/13

[6Le Dauphiné Libéré, « Malaise avec David Berton, ex-directeur de campagne de Véronique Drapeau », 02/12/2013

[8Le Dauphiné Libéré, « Un candidat FN à la tête du « Rassemblement bleu saint-jeannais » », 27/06/2013

[9Le Dauphiné Libéré, « Chambéry : 7 lycéens font « la quenelle » sur leur photo de classe », 15/11/2013

[10L’Hebdo des Savoie, « Que cache la liste Aix-les-Bains Bleu Marine ? »

[11Le Dauphiné Libéré, « Aix-les-Bains : un collectif appelle à manifester contre l’appellation du square Bigeard », 21/06/2013

[12Le Dauphiné Libéré, « Un maire Front national en mars prochain ? », 25/02/2013