Agenda

Chelles - Projection-débat autour du documentaire "Mains brunes sur la ville"

le 21 mars 2014

Toutes les infos sur le site de Ras L’Front - Banlieue Est.

JPEG - 354.2 ko

Tête haute, mains propres, pas si sûr... Irrégularités, favoritisme, gestion calamiteuse des marchés publics, fausses factures, discriminations à l’embauche, emplois fictifs, détournement de fonds publics, censure... La courte expérience du Front National aux affaires est éloquente. Dans les villes dont les habitants ont élus des maires frontistes, les lendemains de parade ont laissé place a une gueule de bois en plomb. La gestion idéologique des époux Mégret à Vitrolles de Jean-Marie Le Chevallier à Toulon pour ne citer que les exemples les plus outranciers a laissé ces villes et les finances publiques exsangues pour des années.

Proclamées laboratoires de l’extrême droite Toulon, Vitrolles, Marignane, Orange figurent plus probablement les supports à éprouvettes d’un savant fou.

Pourquoi des citoyens accordent-ils leur confiance à l’extrême droite, et comment celle-ci se maintient-elle au pouvoir ?

En France, le Front National et d’autres partis d’extrême droite atteignent localement, plus de 40 % des suffrages au premier tour des élections, et parfois la majorité au second. Ils ont toutes les chances de réussir dans un avenir proche, à plus grande échelle, une percée sans précédent. A Orange et Bollène, Jacques et Marie-Claude Bompard (FN puis Ligue du Sud) sont élus depuis de nombreuses années maires et conseillers généraux. Ils appliquent leur programme...

Quel programme ? Avec quel budget ? Quelle est leur politique et pour quel modèle de société ?

Afin de répondre à ces questions nous avons enquêté durant plusieurs mois à Orange et Bollène. Ces villes offrent aujourd’hui le morne spectacle de ce que l’extrême droite pourrait propager demain sur l’ensemble du pays, et sur d’autres territoires, si elle accédait à des pouvoirs plus étendus. Dans cette dérive fascisante, plus d’un constat est alarmant : aveuglement complice de certains politiques et de certaines institutions, manque de moyens et isolement des militants qui tentent de résister…

Mais comment sortir de cette poussée d’extrême droite quand la crise économique en fournit le terreau ?

Un amer parfum de haine se diffuse actuellement en France. L’extrême droite progresse dans la rue et dans les urnes. Depuis un an, la France moisie envahit régulièrement les rues. Au cours de ces démonstrations, les manifestants décomplexés n’hésitent plus à déverser leur haine des étrangers et des minorités. Il ne faisait pas bon être musulman, juif, homosexuel ou féministe à proximité de ces cortèges…

Enhardie par ces mouvements réactionnaires, une nouvelle génération de militants d’extrême droite a émergé. Pour les plus radicaux d’entre eux, le passage à l’acte et l’agression physique s’inscrivent dans une stratégie politique visant à designer les étrangers, les homosexuels, les militants politiques et syndicaux, les antifascistes & les antiracistes comme des cibles potentielles.

Ce climat malsain libère les paroles et les actes racistes, sexistes et homophobes. Le Front National et ses anciens amis Soral et Dieudonné entendent tirer profit de ce petit commerce de la haine. La désignation de boucs émissaires qu’ils soient juifs, musulmans, noirs, maghrébins ou Roms ne sert qu’à diviser des classes populaires déjà saignées à blanc par la crise et les politiques d’austérité successives. Au boulot, au bahut ou dans le quartier, certains de nos proches pourraient se tromper de colère… Rappelons-leur que l’extrême droite est le pire ennemi des travailleurs, des femmes et des immigrés. La vieille stratégie du « diviser pour mieux régner » fonctionne à plein et nul doute dans ce contexte que les banquiers, les spéculateurs, les patrons et le monde de la finance peuvent dormir tranquille et poursuivre leur entreprise de démolition sociale… A Chelles, le représentant du FN est lui-même le chef d’entreprise d’une société civile immobilière et d’une boite de com’ dans la très chic bourgade de Fontainebleau… Cherchez l’erreur !

Face à l’extrême droite & ses idées, l’heure de la contre-offensive a sonné. Reprenons le chemin de la lutte pour la justice et l’égalité sociale. Battons en brèche les tentatives de divisions et de diversion. Rejoignez-nous pour défendre l’identité populaire, multiculturelle et cosmopolite de notre ville. Nationalistes, homophobes, sexistes, racistes, tenez-vous le pour dit Chelles est antifasciste et le restera !