Agenda

Marseille : Mobilisons-nous pour la fermeture du local fasciste rue Fort Notre Dame et contre toute l’extreme droite !

le 22 mars 2019, par CorrespondantE localE

Le bastion "social", organisation fasciste, n’a de "social" que le nom !
Derrière ce vernis visant à masquer sa véritable idéologie, c’est en réalité une organisation dont les membres, issus du GUD et des identitaires, s’illustrent par les nombreuses agressions qu’ils commettent, par leurs propos et actions racistes, sexistes et homophobes. Cette organisation essaie de s’implanter dans plusieurs villes de France depuis un an !
Il est grand temps de stopper leur progression, et de se mobiliser largement contre ce groupuscule violent, mais aussi contre l’extrême droite en général, notamment le RN.
Les annonces de Macron sur la dissolution de groupuscules fascistes, dont le bastion "social" ne suffiront pas enrayer leur progression.
A Marseille, 40 organisations syndicales, politiques, ainsi que des associations et collectifs appellent à une mobilisation unitaire antifasciste et antiraciste les 22 et 23 mars pour exiger la fermeture du bastion "social" (installé près du Vieux-Port), mais aussi contre l’extrême droite en général et pour la solidarité avec les réfugié.e.s.

Pendant près de 3 ans, les militant.e.s d’extrême-droite de l’Action Française Provence ont été à l’origine de heurts dans le quartier de la Plaine où se trouvait leur local : agressions, pressions et intimidations sur les voisin.e.s, nuisances sonores répétées lors de leurs réunions parfois quotidiennes, insécurité́, mais également privatisation de toute la rue, pour l’organisation de leurs conférences et autres réunions.
Les membres de ce groupuscule violent avancent désormais sous le label Bastion « social », et ont installé au 45 rue Fort Notre Dame leur local “le Navarin”, depuis le mois de mars 2018.

Le Bastion « social » se présente comme une organisation dite "sociale” et “populaire", mais l’aide aux plus démuni.e.s qu’il prétend apporter ne concerne que les personnes sans-abris de nationalité française et blanches. Sous cette couverture, c’est en réalité un réseau d’extrême droite qui s’implante depuis plus d’un an dans plusieurs villes de France : Lyon, Strasbourg, Chambéry, Clermont-Ferrand, Lille, Aix-en-Provence, et Marseille. Les membres de ces groupes, partout en France, s’illustrent régulièrement par des agressions contre des personnes racisé.e.s, homosexuel.le.s, militant.e.s de gauche ou syndicalistes, mais intimident aussi régulièrement les riverains des locaux où ils sont implantés !
Deux fondateurs du Bastion « social » de Marseille ont été́ condamnés, le mercredi 27 juin 2018, à six mois de prison ferme et écroués à la maison d’arrêt des Baumettes pour avoir agressé deux personnes.
Les bastions « sociaux » sont directement ou indirectement liés à d’autres groupes fascistes et néo-nazis violents en France et à l’étranger mais aussi au Rassemblement National ! C’est toute cette « sphère » de l’extrême droite qu’il faut dénoncer car ils sont violents et contrairement à ce qu’ils disent, ils ne sont pas les alliés des travailleurs.ses, ni des chômeurs.ses, des précaires, ou des SDF !
Comme ce n’est pas nouveau dans l’histoire avec les fascistes, ils désignent les immigré.e.s et les réfugié.e.s comme des boucs émissaires. Leur idéologie ne remet jamais en cause les véritables causes du chômage, de la pauvreté, de l’exclusion.

Il est temps de dire stop et de se mobiliser pour la fermeture de ce local ! Dans plusieurs villes de France, comme à Lyon, Strasbourg ou Clermont-Ferrand, d’autres locaux fascistes ont pu être fermés, en partie grâce à la mobilisation citoyenne.
Emmanuel Macron a annoncé le mercredi 20 février 2019 la prochaine dissolution de groupuscules fascistes, dont le Bastion "social". Nous en prenons acte, mais nous appelons à maintenir la pression, par la mobilisation, et restons vigilants quant à la fermeture effective du local du 45 rue Fort Notre Dame ainsi qu’à toute résurgence de ces groupuscules sous une autre appellation.

Nous organisons une projection suivie d’un débat autour du film Génération Haine, qui relate l’enquête d’un journaliste qui a infiltré un réseau fasciste à Lille, autour du bar/local appelé La Citadelle. Ce film montre parfaitement la violence de l’idéologie et des actes de ces personnes et apporte également un éclairage sur les liens entre les groupes fascistes et le Rassemblement National.
Pour que cette mobilisation soit concrète et puissante, nous vous proposons de vous joindre à une grande manifestation populaire afin d’exiger la fermeture de ce local mais aussi pour dénoncer l’idéologie et les actes de toute l’extrême droite et pour l’accueil des réfugié.e.s.

• Vendredi 22 mars à 19h : projection/débat autour du film "génération haine", dans la salle des Rotatives de La Marseillaise, au 19 cours d’Étienne d’Orves.
• Samedi 23 manifestation à 16h : manifestation au départ de la porte d’Aix vers le Vieux-Port de Marseille.


Signataires : AL 13, Al Manba, ANC 13, ATTAC Marseille, BDS France Marseille, Collectif Antifasciste Marseillais, CGT Educ’action 13, CGT Ferc Sup Université d’Aix­Marseille, CGT PJJ Sud Est, CNT­SO 13, CNT Stics 13, Collectif 59 St Just, Coordination MMF 13, Ensemble 13, FSU 13, Génération.s Marseille, Groupe Germinal ­ Fédération Anarchiste, Jeunes Communistes 13, Jeunes Génération.s 13, Les Amoureux au Ban Public 13, Les Squales, LDH Marseille, Marseille Féministe, MRAP 13, NPA 13, Osez le féminisme 13, PG 13, PCF13, Résister Aujourd’hui, RESF 13, RUSF 13, Snpes PJJ FSU 13, Solidaires 13, Solidaires Etudiant.e.s Aix­Marseille, Solidaires Finances Publiques 13, Sud Éducation 13, SUD Chimie INEOS/PETROINEOS, UD CGT 13, VISA 13