Actualités

Autriche : Défaite à la Pyrrhus pour l’extrême droite ?

le 7 décembre 2016, par Bertold du Ryon

Dieu n’a finalement pas été d’une grande aide au parti d’extrême droite autrichien. Alors que dans la dernière étape de la longue campagne électorale, il avait adopté le slogan « Avec l’aide de Dieu » - qui a suscité des craintes dans une partie de la société, méfiante vis-à-vis de l’idée d’une instrumentalisation politique de la religion – mais avait aussi conjuré le spectre d’une « guerre civile », son candidat a finalement été battu. Ceci contre de nombreuses attentes.
Après le décompte des nombreux votes (...)

Actualités

Autriche : Sur le fil...

le 24 mai 2016, par Bertold du Ryon

Après une interminable attente de 24 heures, c’est finalement l’écologiste Alexander Van der Bellen qui a été élu président fédéral d’Autriche, comme il a été annoncé lundi à la fin du décomptage du grand nombre de votes par correspondance (environ 750 000, soit 14 % du corps électoral).
Il s’en est fallu de peu pour que Norbert Hofer, 45 ans, un des principaux cadres du FPÖ (Parti de la liberté d’Autriche) auquel il appartient depuis son adolescence, ne devienne président. Dimanche 24 avril, il avait déjà (...)

Actualités

Autriche : l’extrême droite bouffe les partis de la « grande coalition »

le 26 avril 2016, par Bertold du Ryon

L’homme est souriant et a l’habitude de maîtriser ses émotions. Après avoir été hospitalisé pendant un an suite à un accident de parapente, en 2003, il a appris à être patient. Mais il est tout sauf un modéré, et même pas un arriviste de la politique. Norbert Hofer, 45 ans, est un idéologue, un vrai. Il faut partie de principaux cadres du FPÖ (FPOe) ou « Parti de la liberté d’Autriche », ce parti d’extrême droite auquel il appartient depuis son adolescence.
Dimanche 24 avril 2016, il a réalisé un score de (...)

Actualités

Vienne : succès de la mobilisation antifasciste contre le "bal" des corporations pangermanistes

le 4 février 2014, par Bertold du Ryon

Deux endroits en Europe, deux situations assez différentes : le dernier week-end en janvier, l’extrême droite a connu un succès de mobilisation à Paris avec le « Jour de la colère » (agrégeant divers courants fascistes, antisémites ou encore poujadistes), le dimanche 26 janvier. Mais elle a subi un revers sensible à Vienne, la veille.