Actualités

In nomine facho

le 27 février 2017, par Christian Laine

Il y a 40 ans jour pour jour le 27 février 1977, quelques centaines de catholiques intégristes lefebvristes (refusant les réformes de Vatican II) occupaient l’église Saint-Nicolas du Chardonnet à Paris. Parmi les "envahisseurs" qui forcèrent les portes de l’église se trouvait un futur haut responsable du FN : Wallerand de Saint-Just. Il est assez ironique de le voir, 40 ans après, se poser en défenseur de la laïcité contre l’islam. Il était moins laïc dans sa jeunesse...
Ce jour-là, le curé officiel (...)

Actualités

Le Front National, l’enfant turbulent de la famille capitaliste

le 24 janvier 2017, par Bertold du Ryon

Le FN n’a, à l’évidence, jamais été un parti révolutionnaire – ni avec ni sans couteaux entre les dents – ni même un parti anti-système : la famille Le Pen appartient à l’élite financière, et dès les premiers succès électoraux, de nombreux cadres et dirigeants sortaient des « grandes écoles » d’élites (Bruno Mégret hier, Florian Philippot aujourd’hui…). Néanmoins ses relations avec le grand patronat, surtout avec sa partie organisée, ont rarement été au beau fixe.
Ce qu’il lui était reproché n’était évidemment pas (...)

Actualités

Front national. Chassez le naturel...

le 12 octobre 2016, par Bertold du Ryon

Dans cette campagne électorale déjà largement ouverte sans dire son nom, le FN aurait aimé apparaître comme « assagi », « modéré », bref : dédiabolisé au possible. Alors que Nicolas Sarkozy avait fait, fin août dernier, une entrée dans la campagne de la primaire LR avec bruit et fracas, au nom de l’ « identité française » et en attisant la peur de l’islam, Marine Le Pen jouait sur du velours. Dimanche 11 septembre, sur TF1, à une question visant à savoir si – selon elle – la religion musulmane pouvait « trouver (...)

Actualités

Tour de France des régionales : le FN en île-de-France

le 17 novembre 2015, par Christian Laine

Premier constat de cette campagne : le FN île-de-France milite ! Ils collent des affiches, diffusent des tracts dans les gares et les marchés, ce qui est assez nouveau quand on se souvient des campagnes "fantômes" sans affiches ni tracts des années 2000 où le Front arrivait à peine à couvrir les panneaux officiels et présentait des candidats invisibles.