Boite à outils

Cartographie de l’extrême droite française version janvier 2019, par La Horde

le 2 février 2019, par La Horde

Le groupe antifasciste La Horde a publié cette année la neuvième version de sa cartographie de l’extrême droite. Comme pour les versions précédentes, nous avons décidé de diffuser cet outil utile avec leurs explications de textes.

Publié initialement sur le site de La Horde

Voici la neuvième version de notre cartographie de l’extrême droite française, que nous présentons dans toute sa diversité depuis bientôt huit ans sous la forme d’un schéma régulièrement mis à jour : des mouvements ou personnalités qui avaient été oublié.e.s y apparaissent désormais, ainsi que de nouveaux regroupements qu’on espère éclairants pour qui s’intéresse à cette partie du spectre politique hexagonal, et souhaite en comprendre les différentes tendances et orientations.

Comme on peut le remarquer, si l’on compare ce schéma aux versions précédentes (celles de 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 ou 2018), de plus en plus de personnalités et de moins en moins de groupes ou mouvements constituent aujourd’hui ce qu’on peut qualifier d’extrême droite (pour une tentative de définition de ce concept flottant, voici ce qu’on en pense ici). Cet état de fait sont le signe d’une part que l’extrême droite, comme les autres tendances politiques, n’est pas épargnée par la crise du militantisme, et qu’elle est de plus en plus polarisée autour d’individus qui souvent ne représentent pourtant qu’eux-mêmes. Alors que nous avions, dans les premières versions, privilégié les groupes ayant une activité de rue, délaissant ainsi des mouvements pourtant importants (comme la Nouvelle Droite, désormais présente), force est de constater également que le militantisme virtuel est aujourd’hui prédominant dans le paysage de l’extrême droite, et qu’il nous faut bien en tenir compte.

Globalement, la nébuleuse d’extrême droite en France peut se diviser en quatre grandes “familles” (à ce propos, n’hésitez pas à jeter un coup d’œil à notre jeu des sept familles) : les “électoralistes” qui jouent le jeu parlementaire et se présentent aux élections, qu’on peut opposer aux “activistes” qui eux font plutôt de l’agitation extra-parlementaire, pour certains en recourant à la violence ; les “réactionnaires”, qui se distinguent en général plus par leurs prises de position que par leur actions concrètes, et qui historiquement constitue la principale tendance de l’extrême droite en France ; et enfin, faute de mieux, une famille “médias” qui regroupe non seulement les moyens de communication au service de la propagande d’extrême droite, mais aussi celles et ceux qui en forgent les concepts, ou qui les popularisent d’une façon ou d’une autre. Des zones hachurées permettent de placer les groupes ou personnalités qu’on pourrait placer dans deux familles à la fois (comme par exemple des médias réactionnaires).

Nous nous sommes également efforcés, lorsque cela était possible, de dégager des tendances au sein de ces familles, et d’une famille à l’autre : celles et ceux qui militent pour l’union des droites, celles et ceux qui au contraire se positionnent comme “ni de droite, ni de gauche”, les think tanks… Pour des raisons de lisibilité et également de contrainte physique, certains groupes ou personnalités n’ont pu être associés à ces regroupements, alors qu’il aurait fallu le faire. Ainsi, le SIEL est certainement l’un des pionniers dans l’effort d’unifier les droites, ou du moins de faire tomber ce qui sépare la droite dite “républicaine” de l’extrême droite ; mais il n’était pas possible de le rendre lisible sur le schéma, d’autant que le SIEL est davantage aujourd’hui préoccupé par la question migratoire depuis son rapprochement avec Renaud Camus, comme le montre le mot d’ordre de “la ligne claire”, la liste qu’il présentera aux prochaines élections européennes.

Nous avons également essayé d’indiquer, quand cela était possible, un lien indiquant l’origine politique de certains militants, pour mettre en valeur les passerelles qui existent d’une structure à l’autre, ou bien les scissions qui ont pu se produire. Mais toutes n’apparaissent pas sur le schéma : ainsi, Richard Roudier était un militant de la première heure des Identitaires, avant de créer sa propre structure, la Ligue du Midi. De la même façon, nous avons, par un petit logo, indiqué l’islamophobie ou l’antisémitisme de certain.es, ce qui ne signifie pas que les autres groupes ou individus ne sont aucunement islamophobes ou antisémites, mais que ces racismes ne sont pas, selon nous, centraux dans leur propagande ou leurs actions.

Présentation des différentes familles et regroupements

En complément du schéma, voici une présentation plus détaillée des éléments qui le composent, avec, aussi souvent que cela était possible, des liens pour en savoir plus..

LES PARTISANS DE L’UNION DES DROITES

Une partie de la droite conservatrice s’est lancée depuis longtemps dans une course à l’échalote avec l’extrême droite sur les questions liées à la sécurité, à l’immigration et à « l’identité française ». Depuis l’arrivée à sa tête de Laurent Wauquiez, le parti les Républicains a pris un virage à droite encore plus net, appuyé par le travail en son sein de différents courants et autres think tanks qui opèrent une politique de la main tendue en direction des formations « souverainistes ».

Le « souverainisme » est un cache-sexe du nationalisme qui s’est construit en opposition à l’Union européenne dans les années 1990. De nombreuses formations de ce courant, tel le Rassemblement pour le France de Christian Vanneste, tentent chacune de leur côté de fédérer les autres soit autour d’elle, comme Debout la France et son président Nicolas Dupont-Aignan, soit en lançant des appels à l’unité, comme l’appel d’Angers en avril 2018 à l’initiative des époux Ménard. Certains ont soutenu Marine Le Pen au second tour de la présidentielle de 2017, comme le CNIP, mais sans donner suite à des accords électoraux.

Si certains, comme Thierry Mariani, passé des Républicains au Rassemblement national, ou l’ex-FN Jacques Bompard, dont la Ligue du Sud a été créée en 2005 avec les Identitaires et des anciens du FN, sont de vieux briscards, la nouvelle génération n’est pas en reste, comme Eric Tegnèr, candidat malheureux à la présidence des Jeunes républicains, qui appelle avec son collectif Racine d’Avenir à ne pas avoir d’ennemis à droite.

Mais parmi les souverainistes, d’autres refusent l’étiquette « de droite », et se déclarent « ni de droite ni de gauche », comme les Patriotes de Florian Philippot, qui rêvent d’un « souverainisme des deux rives », le nationalisme de gauche étant lui aussi une réalité, jusqu’à proposer un rapprochement avec la France insoumise. Enfin, d’autres, comme l’UPR de François Asselineau, pimentent leur souverainisme d’une dose de complotisme, et s’amuse à brouiller les cartes en profitant du confusionnisme ambiant.

LE RASSEMBLEMENT NATIONAL (ex-FN)

Fondé en 1972 entre autres par les néofascistes d’Ordre nouveau, le Front National (FN) rassemblait au début des années 1980 différents courants de l’extrême droite, des plus traditionnels aux plus radicaux, sous l’autorité de son président Jean-Marie Le Pen. La scission de 1998 a affaibli le parti durant plusieurs années, jusqu’en 2011 où Marine Le Pen a succédé à son père avec la volonté affichée de s’affranchir du folklore nationaliste. De 2011 à 2017, le FN a sous sa présidence joué les équilibristes entre une ligne nationale-républicaine incarnée par Florian Philippot, et un courant national-conservateur menée par Marion Maréchal. Ce « nouveau » FN a permis à des personnalités comme Robert Ménard de profiter du FN sans s’engager à ses côtés, et à des radicaux comme Philippe Vardon, l’ex-leader des Identitaires, de s’inviter dans un FN prétendument normalisé (d’autant qu’on trouve, au plus près de Marine Le Pen, des anciens du GUD comme Axel Loustau ou Frédéric Chatillon qui n’ont rien renié de leurs engagements de jeunesse). Arrivée au second tour de l’élection présidentielle de mai 2017, Marine Le Pen a déçu les attentes de son camp et le FN a connu depuis un an des troubles internes, avec le départ de Marion Maréchal, qui a fondé depuis une école pour former de futurs cadres nationalistes l’ISSEP, et celui de Philippot, parti créer son propre mouvement, les Patriotes. Lors de son congrès de refondation, le FN a changé de nom pour devenir le Rassemblement national.

LES NEO-REACTIONNAIRES

Collectif réactionnaire soutenu par la droite catholique, la Manif pour Tous (LMPT) a organisé en 2012-2013 des manifestations massives contre le projet de loi sur le mariage homosexuel et pour la défense de la famille traditionnelle, ses militants étant invités à faire de l’entrisme. Si LMPT semble s’être essoufflé, d’autres structures, plus discrètes, comme l’Avant-Garde, cherchent toujours à rassembler diverses tendances conservatrices pour faire du lobbying.

Elles peuvent compter sur des sites ou des revues, comme Causeur ou L’Incorrect, et sur des chroniqueurs comme Eric Zemmour ou Charlotte d’Ornellas, ou politique comme Jean-Frédéric Poisson, président du Parti Chrétien Démocrate, qui n’hésite pas à afficher ses positions anti-avortement. Dans ce courant, on trouve des personnalités assez influentes, comme Patrick Buisson, homme de médias et conseiller politique.

LES CATHOLIQUES TRADITIONNALISTES

Les réseaux catholiques traditionnalistes sont denses, disposent de médias (tels le journal Présent, seul quotidien nationaliste, ou Radio Courtoisie) et même d’une association contre la « christianophobie » et le « racisme anti-blanc », l’Agrif.

Avec comme mot d’ordre « Dieu, Famille, Patrie », Civitas en est la principale organisation d’agitation politique. Animé par Alain Escada, Civitas est un parti politique voulant imposé sa foi à toute la société, à travers un discours ouvertement islamophobe et plus discrètement antisémite.

La lutte contre l’IVG est l’un des principaux combats politiques des cathos tradis : les Marches pour la vie organisées chaque année rassemblent plusieurs milliers de personnes. Si les petits groupes qui prient devant les cliniques rassemblent des personnes âgées, comme leur doyen Xavier Dor, des jeunes sont aussi investis dans cette lutte, à l’instar des Survivants, apparus en 2016. La Fondation Lejeune, qui existe depuis 1996, associe un travail de recherche scientifique sur les maladies génétiques, et un engagement militant contre l’avortement.

LES GROUPUSCULES ACTIVISTES

Née à la fin du XIXe siècle, l’Action française (AF) est le plus vieux mouvement nationaliste en activité. Mouvement royaliste autrefois école de formation d’extrême droite, l’AF organise toujours des rassemblements ou des débats, mais aussi des actions « coup de poing », attirant à lui une nouvelle génération de militants. À noter à ce propos qu’une fracture générationnelle sépare les anciens restés fidèles à l’antisémitisme historique du mouvement et à la nostalgie vichyste, des jeunes qui, tout en se référant toujours plus ou moins à Maurras, veulent dépoussiérer l’AF pour la rendre plus « sexy ».

Les Identitaires tentent depuis leur création en 2002 de se démarquer de l’extrême droite traditionnelle. Sans référence idéologique, ils ont misé sur la communication et Internet. Génération identitaire, sa structure jeune, est ainsi mise en avant pour faire le buzz. Mais les Identitaires ne sont pas arrivés à se créer un espace politique distinct, et ne survivent que grâce au dynamisme de ses homologues autrichiens ou italiens. Par ailleurs, plusieurs de ses cadres mènent en parallèle une carrière au sein du Rassemblement national.

Le GUD, un mouvement étudiant d’inspiration nationaliste-révolutionnaire apparu à la fin des années 1960, est devenu en mai 2017 le Bastion social, une pâle imitation de la Casapound italienne. En occupant à Lyon durant deux semaines un lieu où il prétendait aider les « Français de souche », le Bastion Social s’est fait de la publicité sans véritablement n’aider personne. Depuis, d’autres lieux se sont ouverts sous ce nom, mais pas toujours avec succès et souvent sous la pression d’antifascistes, certains ayant même déjà fermé leurs portes. À Paris, le GUD s’est refait une jeunesse en se rapprochant des ultras venus du stade, avec la formation d’un groupe informel, les Zouaves, rassemblant des gudards mais aussi des militants de l’Action française ou des Identitaires.

Pour ce qui est des skinheads d’extrême droite, qui restent bien souvent l’image du militant d’extrême droite dans l’imaginaire collectif, il n’existe pas d’organisation les fédérant, mais plutôt des bandes informelles locales, parfois violentes. Depuis la dissolution en 2013 des JNR et de Troisième Voie de Serge Ayoub (qui s’est recyclé en fondant un club de bikers), les skins d’extrême droite se sont éparpillés dans la nature, malgré des tentatives comme la Division nationaliste révoultionnaire (DNR). Pour les distraire, certains comme Pride France (qui organise des tournois clandestins de combat libre) ou d’autres organisent des concerts néonazis, dont l’objectif est cependant autant mercantile que véritablement militant.

LES NOSTALGIQUES

Plusieurs formations tentent de maintenir la flamme du Front national des années 1980. Ironie de l’histoire, Jean-Marie Le Pen, fondateur et président du FN pendant 40 ans a été depuis 2015 mis au ban du parti par sa propre fille : à près de 90 ans, difficile de lui donner un avenir politique, mais son charisme lui permet de jouer les vedettes au sein de l’extrême droite radicale.

Fondé en 2009 par Carl Lang, ancien n°2 du FN, le Parti de la France, c’est-à-dire une structure institutionnelle regroupant toutes les tendances de la mouvance nationaliste, y compris les plus radicales. Ses résultats électoraux restent insignifiants, et sa composition militante, allant de notables d’extrême droite aux skinheads, a tout de l’auberge espagnole. Synthèse Nationale (SN) est une revue dirigée par Roland Hélie, dont la ligne éditoriale est « pas d’ennemi à l’extrême droite ». Tous les ans, SN organise une « Journée nationale et identitaire », qui regroupe entre autres has been, Jean Marie Le Pen, Alain Escada, Carl Lang, Richard Roudier et sa Ligue du Midi et Serge Ayoub…

D’autres groupuscules encore plus confidentiels se revendiquent ouvertement du fascisme historique. C’est le cas du Parti Nationaliste Français (PNF) qui s’inscrit dans la continuité de l’Œuvre française dissoute en 2013, proche des nostalgiques de Vichy ou de l’Algérie française. Il est aujourd’hui quasiment inexistant. Dans la même veine, on peut également par charité citer la Dissidence française de Vincent Vauclin, ou des personnalité comme Hervé Ryssen, antisémite revendiqué, qui, en s’associant au PNF, tente de vaincre leur isolement.

LES OUTILS DE PROPAGANDE

Prétextant une information « plurielle » et la volonté de se démarquer des médias « officiels », des sites locaux comme Breizh Info ou Lengadoc info se sont spécialisés dans les tribunes offertes à l’extrême droite. Loin d’offrir une information honnête, ils ne font que relayer ses contre-vérités racistes et sexistes. Certains sont sans conteste ancrés à l’extrême droite (comme Méridien Zéro ou TV Libertés) tandis que d’autres adoptent une stratégie confusionniste plus ou moins volontaire. À noter que Russia Today ou Sputnik, deux médias pilotés par le gouvernement de Vladimir Poutine, jouent la même partition, en offrant à l’extrême droite une surexposition et en la présentant de façon complaisante.

D’autres sites, comme Riposte laïque ou Égalité & Réconciliation, assurent aussi la diffusion de la propagande d’extrême droite. Ils sont animés par des collectifs dont l’activité, faute de militants, reste cantonnée à internet et l’organisation de débats, malgré une volonté affichée de faire aussi de l’activisme.

Créé en 2007, Riposte laïque exprime son islamophobie obsessionnelle sur son site et offre une tribune à de nombreux militants nationalistes aussi isolés qu’eux. Sur une ligne très proche, on trouve le SIEL de Karim Ouchikh et le Conseil National de la Résistance Européenne de Renaud Camus, le promoteur de la fumeuse théorie du « Grand Remplacement ».

Fondé par Alain Soral également en 2007, Égalité & Réconciliation avait à l’origine comme ambition de regrouper nationalistes de droite et patriotes de gauche. Mais depuis, E&R n’est plus que le fan-club de Soral, qui se caractérise par son antiféminisme et son antisémitisme virulents. Le négationnisme peut en tout cas remercier E&R et Dieudonné qui auront contribué à populariser ses thèses délirantes, défendues par Vincent Reynouard a pu étendre son auditoire.

Cet activisme virtuel, qui consiste principalement à s’inviter les uns les autres pour dire toujours la même chose, peut donner l’illusion d’une communauté soudée : mais l’égocentrisme de ces « stars » éphémères débouche davantage sur des embrouilles et des « clashs » que de véritables projets politiques.
Dans le sillage de Soral, qui a mis le pied à l’étrier à certains d’entre eux mais avec lequel tous sont fâchés ou presque, divers individus, comme Daniel Conversano ou Ismail Ouslimani alias Raptor Dissident, se sont fait un nom sur Internet à travers des vidéos dans lesquelles ils exhibent leurs racisme, leur sexisme ou leur amour du nazisme en toute décontraction. De vieux briscards comme Henri de Lesquen, devenu dans un premier temps malgré lui une icône geek, peuvent parfois faire ainsi un come-back à moindre frais.

LES THINK TANKS

L’extrême droite a bien compris que, pour réhabiliter sa vision inégalitaire du monde et pouvoir à nouveau s’imposer dans le débat public, il lui fallait au moins autant lutter sur le terrain des idées que dans la rue.

Depuis les années 1970, deux groupes de réflexion, le Groupement de Recherche et d’Étude pour la Civilisation Européenne (GRECE) et le Club de l’Horloge (devenu le Carrefour de l’Horloge) vont y travailler, donnant naissance à ce que les observateurs vont appeler la Nouvelle Droite. Alain de Benoist est le principal représentant de ce courant, et le seul à être véritablement un intellectuel. Esprit plutôt libre, il n’est d’aucune chapelle, ce qui lui permet, en particulier à travers la revue Éléments, de brouiller les cartes. En revanche François Bousquet, qui tient la Nouvelle Librairie à Paris, milite pour l’union des droites.

Ancien du GRECE et du Club de l’Horloge, Jean-Yves Le Gallou a lui quitté le FN au moment de la scission, avant de créer en 2003 Polémia, qui prétend faire la promotion de la « réinformation », qui consiste à redonner aux thèses d’extrême droite une certaine visibilité dans l’espace médiatique, en développant en particulier ses propres médias.