Boite à outils

Dieudonné : un anti-système ?

le 16 janvier 2014, par Jeunes NPA

Tract du secteur jeune du NPA.

Dieudonné se présente comme un anti-système, comme celui qui combat le racisme et l’islamophobie. Pourtant il n’en est rien. Au contraire il constitue un adversaire pour les jeunes et les salariés qui pourtant lui prêtent parfois une oreille. Le gouvernement quant à lui décide de l’interdire justement au nom de la lutte contre le racisme. Quelle hypocrisie ! Valls lutte apparemment contre le racisme des autres mais jamais contre le sien et celui de ses amis. En somme, ces deux là jouent un même jeu, un jeu dangereux pour les classes populaires.

Documents joints :

Dieudonné et le FN : le vieux poison nationaliste et antisémite

Dieudonné a beau se dire indépendant il est en réalité très lié au Front National, un parti qui fait des musulmans, des arabes et de l’immigration le problème principal en France. Jean-Marie Le Pen, est le parrain de l’une des filles de Dieudonné et lui apporte son soutien. Dieudonné s’affirme « côte à côte avec Alain Soral » lui-même membre de la direction du FN jusqu’en 2009 qui a mené sa dernière campagne pour les présidentielles. Les liens avec l’extrême-droite ne sont donc pas un accident et se construisent sur une base commune d’un antisémitisme virulent. L’idée véhiculée sur les juifs est la même que dans les années 30.

Dieudonné développe des théories négationnistes, c’est à dire qui nient le génocide des juifs par les Nazis pendant la Seconde Guerre Mondiale. Il met en avant un soi-disant complot juif mondial. Mais ceux qui ont provoqué la crise et qui mènent les politiques d’austérité ne se cachent pas dans l’ombre, viennent de différentes communautés et n’ont qu’une seule religion : celle de l’argent. Ce poison antisémite et nationaliste vise à rassembler contre un ennemi prétendument responsable de tous les problèmes pour détourner des véritables adversaires que sont les patrons.

De même si la quenelle exprime sans doute pour beaucoup un geste anti-système, quels points communs entre un jeune qui fait ce geste et des para-militaires, des policiers, des militants d’extrême-droite ou Anelka qui est un pur produit du système faisant des pubs pour Quick, Danone et Puma ?

Valls/Dieudonné : deux visages du système en place

En désignant les juifs comme l’adversaire, Dieudonné utilise en fait la même méthode que Valls. Le gouvernement actuel est le premier responsable de la montée du racisme quand il fait la chasse aux Roms, qu’il expulse les sans-papiers ou qu’il véhicule un discours islamophobe. François Hollande et Valls se sont illustés par des phrases clairement racistes et n’ont pas été inquiétés par la justice. A cela s’ajoute le fait que la lumière sur les crimes racistes commis par l’Etat Français n’a jamais été faite.

D’ailleurs, pendant la Seconde Guerre mondiale, une part importante de la bourgeoisie française a collaboré avec les nazis et leur politique d’extermination des Juifs. Mais l’élite française entretient une mémoire bien sélective : tout en camouflant sa responsabilité dans le génocide des Juifs, elle passe sous silence les 50 millions de morts de la colonisation et les millions de morts de la traite des Noirs à laquelle la France a participé.
Les responsables, ce ne sont pas les juifs, c’est le système capitaliste et l’impérialisme !

L’extrême-droite, dont Dieudonné fait partie, se nourrit sur le terrain de la haine de l’autre et de la division profonde qui est construite au sein des classes populaires.
Dieudonné se présente comme un anti-système mais il ne le combat pas. Où est-il lorsqu’il s’agit de soutenir des salariés en lutte, de demander des augmentations de salaires, d’exiger l’interdiction des licenciements ou de défendre les services publics ? Nulle part. Et ce n’est pas avec des « quenelles » qu’on va obtenir tout ça… Sans même parler de combattre effectivement la politique de l’État d’Israël !

Il pretend être contre Israël mais n’a pas dépensé ni un sou ni une goutte de sueur pour la cause du peuple Palestinien contrairement aux véritables antisionistes qui mènent une campagne de boycott d’Israël et qui sont poursuivi par la justice française pour cela.

En fait, Dieudonné lui-même n’a rien de commun avec les classes populaires. Il cherche à faire du fric avec ses spectacles, n’hésitant pas à faire du business avec le FN en lui louant son théâtre pour 60 000 euros pour ses réunions ! Il gagne d’ailleurs suffisamment d’argent pour se payer un bateau de plaisance ! Soral possède quand à lui une maison d’édition au capital de 650 000 euros. Voilà le vrai visage de ces « anti-systèmes » qui font surtout un commerce juteux pour leur propre profit !

C’est aux jeunes et aux travailleurs de combattre le racisme, l’antisémitisme et l’islamophobie.

Pour combattre toutes les oppressions et le système capitaliste qui les entretient nous ne pouvons compter que sur nos propres forces. Les lycéens qui se sont mobilisés à la fin de l’année 2013 contre les expulsions des élèves sans-papiers ont montré la voie à suivre pour faire reculer le racisme : s’organiser et lutter le plus nombreux possible, dans des manifestations de rue. C’est cela qui fait peur au gouvernement et qui le fera reculer. L’interdiction des spectacles de Dieudonné ne résoudra évidement aucun problème. Et il s’agit même d’une bonne opportunité pour le gouvernement pour détourner l’attention de sa politique de casse sociale.

Quelle que soit ou pas notre religion, notre origine ou notre couleur de peau, nous devons nous unir pour résister ensemble face à l’extrême-droite, au racisme et à la politique anti-sociale du gouvernement.

Documents joints :