Boite à outils

Le "livre du mardi" : Les racines de la colère

le 2 juillet 2019, par Christian Laine

(Presque) tous les mardis, la CNAF publie la critique d’un ouvrage en lien avec le combat antifasciste.

Vincent Jarousseau - Les Arènes, 2019

Le 26 mai, lors des élections européennes, le RN a réalisé l’énorme score de 44.3 % des voix dans la commune de Denain, située dans le département du Nord. De quoi transformer cette ville classée parmi les plus pauvres de France en une cible électorale de choix pour le RN en vue des Municipales de mars 2020, ce qui rajouterait une calamité supplémentaire à une ville déjà sinistrée par le chômage depuis la fermeture d’Usinor en 1985. Ceci d’autant plus que Denain, territoire perdu de la Gauche (pourtant longtemps hégémonique ici), est situé dans la circonscription du député RN Sébastien Chenu (la 19ème du Nord) et fait partie des communes où Marine Le Pen a été majoritaire au deuxième tour de la Présidentielle de 2017 (avec 57.5 %).

Déjà auteur avec Valérie Igounet de L’illusion nationale, roman-photo publié en 2017 sur les villes gérées par le FN ; Vincent Jarousseau s’est installé pendant deux ans à Denain et y a réalisé plusieurs portraits d’habitants, donnant la parole aux sans-paroles, à la France de la pauvreté généralisée et des CDD qui est aussi celle des électeurs populaires du RN. L’enquête-photo de Vincent Jarousseau nous raconte des vies de souffrance, entravées par la précarité, par les tracasseries administratives ou encore par l’absence de permis de conduire ; une population largement abandonnée par les pouvoirs publics. Qui s’intéresse à Denain parmi nos "premiers de cordée" macronistes ? Cette France des Invisibles photographiée ici est aussi celle des Gilets Jaunes dont l’ouvrage de Jarousseau raconte les premières semaines au rond-point de Somain.

On referme ce reportage-photo en se demandant qui donnera une voix à ces colères, qui leur proposera un futur autre que l’impasse Le Pen : de la désespérance en milieu populaire...

Sur le même sujet, on complètera avantageusement cette lecture avec l’indispensable Retour à Reims de Didier Eribon (Flammarion) ainsi que l’excellent prix Goncourt 2018 Leurs enfants après eux de Nicolas Mathieu (Actes Sud).